Dieu parle tantôt d’une manière, tantôt d’une autre. (Témoignage par Chris MPAKO)


Soyez béni peuple de Dieu, Le Seigneur m’a mis au cœur partager avec vous ce petit témoignage pour que ça puisse vous édifier.

Jadis, à l’époque du règne de Mzee Kabila (en 1998), on allait au champ avec mon grand frère à bord d’un vélo, moi j’étais transporté par mon grand frère qui conduisait le vélo. Quand on était arrivé au croisement des avenues Kamanyola et Chaussé Mzee L.D. Kabila, juste au niveau du Zoo de Lubumbashi, j’ai entendu la voix de mon grand frère qui roulait le vélo me dire : « Chris, je lui réponds, oui ! Puis il me dit; descend d’abord du vélo. Je lui demande : que je descende et me répond; oui descends d’abord. » Et à l’instant même j’ai descendu mais sans qu’il ne s’aperçoive. Après, je voyais mon grand frère continuer le chemin tranquillement en  vitesse et je me demandé comment est-ce qu’il peut me demander de descendre mais lui continue la course, donc il veut me laisser? Je le suivais en courant et je l’appelais en criant, cependant que lui ne m’entendait toujours pas. Chose étonnant; arrivé à un certain niveau après le Zoo de Lubumbashi, de loin j’ai vu deux gros camions derrière le vélo que conduisait mon grand frère, et devant lui un bus qui voulait dépasser l’autre mais voulant percuter le vélo, et tout à coup mon grand frère s’est retrouvé dans le caniveau avec le vélo, c’est là qu’il avait fini sa courses. Moi j’étais très loin et je courrais en pleurant, comme j’avais vu le Gros camion freiner  brusquement et je ne comprenais pas bien l’évènement, je pensais qu’on l’avait tamponné par le gros camion qui était derrière lui.

Mon grand frère était sorti du caniveau en peu blessé, un grande foule l’entourait et lui me cherchait en disant : « où est mon petit frère dont je transportais? » les gens commençaient à me rechercher, après quelque minutes, je suis arrivé sur le lieu tout pleurant et je voyais mon grand frère qui était entouré par la foule et demandait toujours ou est mon petit frère que je transportais, je lui ai répondu ; je suis là!!! On a beaucoup glorifié Le Seigneur de nous avoir sauvé de la mort. C’est alors que mon grand frère me pose la question, «  tu étais où ? » je lui réponds : quand on était aux croisements de cette chaussée et l’avenue kamanyola, n’est-ce pas tu m’as dit de descendre? Il s’est beaucoup étonné et me dis « non je n’ai rien dit, donc là c’est Dieu qui te l’a dit! »

Bien-aimés dans le Seigneur, Notre Dieu est fidèle et merveilleux, c’est lui qui veille sur les vies de ses serviteurs. Notre Dieu parle tantôt d’une manière, tantôt d’une autre. (Job 33:14)
Ce jour-là, pour nous épargner de la mort, Dieu m’a parlé avec le ton de mon grand frère.
Si je suis encore en vie c’est par la grâce et la miséricorde de l’Eternel Dieu, sans Lui, vous ne m’aurez pas connu!


C’est pour cela je vous exhorte de demeurer toujours dans la sainteté et faire la volonté de Dieu pour bénéficier de cette grâce! Que Dieu vous bénisse!

Posts les plus consultés de ce blog

Une chorale, une Mission